Revue de presse

Ceux qui aiment la culture prendront le Bus des Curiosités

Publié le : 11-10-2011 - Sud-Ouest

Les habitants de la communauté de communes de Podensac bénéficieront en premier de ce dispositif, qui emmène les publics des zones rurales à un spectacle surprise. L'association Bus des Curiosités est bordelaise mais l'idée a été rodée pendant deux ans à Martillac. Elle est simple, mais concilie plusieurs objectifs de politique culturelle : désenclaver les publics des zones rurales, promouvoir la création artistique, « tisser du lien entre les territoires », comme on dit en novlangue de collectivité locale. Le principe du Bus des Curiosité, présenté hier en conférence de presse à l'Office artistique de la région Aquitaine, consiste à emmener au départ des communes rurales de la Gironde (pour l'instant) des publics qui n'ont que peu l'habitude de courir aux spectacles. À l'issue du trajet en bus ils assisteront, à une heure ou moins de chez eux, à une représentation ou une projection en avant-première dont ils ne savent rien avant d'entrer dans la salle. Émulation collective L' initiatrice et directrice artistique du Bus des Curiosités, Véronique Pommier (festivals Rions sur Scène, Côté Jardin…), réalise ce travail de programmation d'un nouveau genre, et garde le secret jusqu'au moment où s'ouvrent les portes. Elle n'a pas eu trop de peine à convaincre le Département et la Région d'abonder le budget de 60 000 euros à l'année, et la première communauté de commune à avoir signé pour 13 dates (une par commune) est celle de Podensac, présidé par le maire de Barsac et conseiller régional Philippe Meynard. Celle de Montesquieu devrait rapidement l'imiter. « Il y a probablement plusieurs seuils d'accès à la culture, commente Philippe Meynard. Un dispositif comme celui-là nous permet de monter d'un cran. Les freins à l'accès à la culture sont la distance par rapport aux équipements, mais aussi le fait d'être seul et de devoir se motiver, ou encore de se dire que c'est réservé à une certaine élite déjà formée et informée. Il faut que les gens des communes rurales prennent conscience que c'est aussi pour eux. Et puis il s'avère extrêmement utile par les temps qui courent : on sait qu'en tant de crise, ce sont toujours les budgets culturels qui prennent en premier… » Avec une participation de l'ordre de 6000 € au budget, la CdC peut offrir à ses administrés un certain nombre de soirées à prix maîtrisés : tout compris, le petit voyage coûte 6 à 12 € au spectateur. Sans compter les bénéfices non mesurables, constatés lors des premières soirées « test », qui emmenèrent les Martillacais à Bègles pour « Le Fil sous la neige », de la compagnie les Colporteurs, à Blanquefort pour « Le 1er championnat de France de n'importe quoi » et à Bruges pour « Traces », du Petit Théâtre de Pain : pas de soucis de voiture et de parking, un « accompagnement du spectateur » informatif pour mieux savourer les intentions des artistes, l'émulation de pouvoir commenter le spectacle avec ses voisins sur le chemin du retour… Les dates des prochaines sorties et les facilités de réservation (7 jours à l'avance minimum) sont précisés sur le site de la communauté de commune (www.cc-podensac.fr) et par téléphone à son standard. Mais les spectateurs venus d'ailleurs sont aussi les bienvenus ! A. D. B.


<< Retour aux articles